Aller au contenu principal

Champagnes Ice Impérial Rosé

  • Intense
  • Pulpeux
  • Rafraîchissant

Ice Impérial Rosé, le premier et le seul champagne rosé spécialement créé pour être dégusté sur glace.  Un style qui se caractérise par un fruité éclatant, un palais savoureux et une maturité élégante.

 

ASSEMBLAGE

Les profils des vins utilisés pour l'assemblage ont été méticuleusement sélectionnés pour leur contribution spécifique :

PINOT NOIR EN MAJEUR
45-55%, dont 10% de vin rouge, vineux et anguleux, tant pour l'intensité du fruit que pour la structure intégratrice du dosage
PINOT MEUNIER
35-45%, dont 10% de vin rouge, ronds et charnus, pour la richesse et le fondu en coeur de bouche
CHARDONNAY A L'ACIDITE POINTUE
5-10% pour une finale rafraîchissante

20 à 30% de vins de réserve spécialement sélectionnés complètent l’assemblage pour parfaire son intensité, sa richesse et sa constance.

Dosage : 38 g/litre

NOTES DE DÉGUSTATION

Une robe étincelante :

  • Rose soutenu
  • Parée de reflets dorés

Un nez au fruité vibrant :

  • Petits fruits rouges en majeur : griotte, airelle, canneberge
  • Nuances de fruits d’été juteux : figue, brugnon
  • Note gourmande de sirop de grenadine

UN PALAIS PULPEUX, CONJUGUANT DOUCEUR ET FERMETE :

La sucrosité des fruits rouges se fond et s’allège

Sensation d’harmonie entre fruité et fraîcheur

Finale rafraîchissante sur une note amère de pamplemousse rose

Griotte
Canneberge
Figue
UN SERVICE PARFAIT
1

Placez la bouteille dans un seau à champagne, remplissez-le de glaçons puis d’eau. Laissez reposer pendant au moins 15 minutes avant de servir.

2

Sortez la bouteille, essuyez-la soigneusement, puis tirez délicatement la languette noire.

3

Desserrez le muselet sans l'ôter, tout en maintenant le bouchon en place avec le pouce.

4

Tenez la base de la bouteille et éloignez-la délicatement du bouchon en la tournant. Libérez délicatement le bouchon

5

Remplissez chaque flûte jusqu'au deux tiers. Dernière étape : dégustez !

« Comme son champagne, Monsieur Moët ne se montrait jamais dans un salon sans en chasser l’ennui. »
Phrase attribuée à un contemporain de Jean-Remy Moët